Vivre à Rome, découvrir Rome
Services touristiques et offre culturelle
060608
Your tailor-made trip

Social Block

You are here

Vacances romaines

JOUR 1    

Via dei Fori Imperiali
Foro Romano
Colosseo
Arco di Costantino
San Pietro in Vincoli
Quartiere Monti
Via dei Serpenti
Via Nazionale
Palazzo delle Esposizioni
Galleria d’Arte Moderna  
Trinità dei Monti

Nous vous conseillons de commencer votre parcours via dei Fori Imperiali, une rue tracée en 1932 et qui traverse la principale zone archéologique de la ville, constituant un véritable musée à ciel ouvert. Après une petite promenade, rendez-vous au Forum Romain (Foro Romano) où les constructions furent érigées principalement à partir de la République romaine, époque à laquelle ce lieu devint le coeur de la vie politique et religieuse de la ville. Il s'agit d'une merveille archéologique: du temple de Saturne à l'arc de Titus en passant par la Regia (une zone aménagée durant l'antiquité pour les rituels religieux et le cimetière) et le temple du Divin César, sans oublier l'arc de Septime Sévère et le temple des Dioscures. En parcourant les pentes du mont Palatin (colle Palatino) à droite de l'arc de Titus, on arrive sur la plus ancienne colline de la ville. Selon la tradition et différentes sources, Rome aurait été fondée sur le mont Palatin, où fut édifiée la Roma Quadrata (la première enceinte de la Rome antique). Les fouilles effectuées au cours des années 1980 ont permis de mettre au jour des vestiges de cette première enceinte fortifiée. À partir d'Auguste, c'est là que les empereurs firent construire leurs somptueuses demeures, à l'endroit où devait se trouver la cabane de Romulus, le fondateur de la ville. Les ruines majestueuses des palais d'Auguste, Tibère et Domitien dominent encore la vallée du Circus Maximus, avec des structures atteignant jusqu'à 50 mètres de haut et offrant une vue exceptionnelle sur la ville.

Ce parcours se poursuit avec la visite du Colisée (Colosseo). L’amphithéâtre Flavien est le monument le plus imposant et le plus célèbre de Rome. Il fut inauguré en 80 après J.-C. par l'empereur Titus, qui proclama 100 jours de fête pour l'occasion. Pour citer quelques chiffres, notons que la hauteur de l'anneau extérieur de forme ovoïde atteint presque 50 mètres pour 188 mètres de long et 156 mètres de large. La capacité du Colisée n'a pas été établie avec certitude, mais en général on l'estime à environ 73 000 spectateurs. Publics et gratuits, les spectacles s'appelaient munera (du latin munus «don») ou Ludi Gladiatori; il s'agissait de duels mortels entre gladiateurs ou bien de chasse aux animaux sauvages. Les jeux étaient très appréciés des Romains, et bien souvent les gladiateurs devenaient de véritables célébrités, encensés comme les champions sportifs de nos jours. Les gladiateurs, qui tirent leur nom du gladium, une épée courte utilisée dans l'arène, étaient sélectionnés parmi les esclaves, les criminels et les prisonniers de guerre. S'ils parvenaient à survivre aux duels qu'ils devaient disputer, ils avaient alors la possibilité de se racheter et de gagner de fortes sommes d'argent. Sur le côté de l'amphithéâtre, on trouve l'Arc de Constantin (Arco di Costantino), le plus grand et le mieux conservé des arcs romains: achevé en 315 après J.-C. pour fêter la victoire de Constantin, le premier empereur chrétien, sur Maxence, sa structure se constitue principalement de sculptures et de pièces d'architecture provenant de divers monuments.

Après la visite du Colisée, vous pourrez poursuivre sur la via dei Fori Imperiali, en direction de piazza Venezia. À mi-chemin, sur la droite, nous vous encourageons à emprunter la via Cavour pour deux bonnes raisons. 
Tout d’abord parce qu'après le premier feu tricolore, un grand escalier conduit à la basilique Saint-Pierre-Aux-Liens(San Pietro in Vincoli), où vous attendra la statue de Moïse de Michel-Ange. 
Ensuite parce qu'à hauteur de l'escalier, sur le trottoir d'en face, s'ouvre le quartier Monti, plus petit et moins touristique que d'autres, où la modernité et le charme de la tradition témoignent d'un mariage réussi. Malgré l'histoire de son passé (il s'agissait du quartier de Subure, un quartier pauvre et populeux de la Rome antique), il constitue aujourd'hui une enclave de jeunes artistes. En vous promenant dans les rues pavées de galets, vous trouverez de nombreuses trattorie traditionnelles, des restaurants du monde ainsi que des bars à vin où vous aurez la possibilité de reprendre des forces après cette matinée bien remplie.

Après le déjeuner, nous vous conseillons de parcourir la charmante via dei Serpenti, qui tire probablement son nom d'un édicule où est représentée la Vierge Marie chassant des serpents, ou bien de la fresque du célèbre groupe de Laocoon entouré de serpents qui orne l'un des édifices de la rue, après la mise au jour de la statue sur l'Oppius en 1506, à proximité de la Domus Aurea, la villa de Néron.

À la fin de cette petite promenade, vous arriverez via Nazionale, où vous aurez la possibilité de faire du lèche-vitrines et quelques emplettes dans les nombreuses boutiques de célèbres enseignes de la mode. C'est également dans la via Nazionale que vous trouverez le Palazzo delle Esposizioni. Conçu par Pio Piacentini dans un style néoclassique, il fut inauguré en 1883 afin d'accueillir l'exposition universelle des Beaux-Arts. On y trouve aujourd’hui de grandes expositions internationales. De là, nous vous conseillons de vous rendre jusqu'à la via Francesco Crispi (à 800 mètres) où vous attendra la Galleria d’Arte Moderna. Ce musée abrite un précieux patrimoine pour l'histoire des collections et de l'art à Rome du début du XIXe siècle à la première moitié du XXe siècle. Outre le célèbre Cardinal Decano de Scipion, datant de 1930, vous y admirerez des œuvres du Réalisme Magique, du Second Futurisme ainsi qu'un parcours sur la sculpture italienne entre tradition et modernité: Giacomo Manzù, Carlo Carrà, Enrico Prampolini, Arturo Martini et Giorgio Morandi font partie des artistes ayant illustré l'art italien sous de nombreuses facettes ainsi que dans son rapport dialectique avec les avant-gardistes européens.

Si vous achevez votre visite du musée à l'heure du coucher du soleil, allez vous promener viale Trinità dei Monti, d'où vous apprécierez une vue magnifique sur les toits et les terrasses de Rome, qui sera encore plus spectaculaire en face de la Villa Medici, le siège de l'Académie de France.

JOUR 2    

Piazza della Rotonda
Pantheon
San Luigi dei Francesi
Piazza Navona
Fontana dei Quattro Fiumi
Sant’Agnese in Agone
Museo di Roma 
di Palazzo Braschi
Piazza Campo de’ Fiori

Le deuxième jour de vos vacances se fera au départ de la piazza della Rotonda. Sur cette place, prenez le temps de déguster un cappuccino tout en assistant à un spectacle unique au monde. 
En levant les yeux, vous serez ébloui par le Panthéon, l'un des monuments de Rome illustrant le mieux le syncrétisme culturel de notre ville: temple païen érigé en l'honneur de tous les dieux à la demande d'Agrippa en 37 avant J.-C., il fut ensuite transformé en l'église Sainte-Marie ad Martyres au cours du VIIe siècle après J.-C. Cet édifice construit sur un plan à base cylindrique est coiffé de la plus grande coupole en demi-sphère au monde, réalisée en béton non armé. Son intérieur est décoré de caissons de taille décroissante (du bas vers le haut) qui servent à alléger la structure. Grâce à l'épaisseur des murs, qui sont de plus en plus fins vers le haut, cette coupole autoportée bénéficie d'une extraordinaire stabilité et est considérée comme un chef-d'œuvre architectural impossible à reproduire. La visite de l'intérieur est très émouvante: la lumière passe à travers l'oculus de 9 mètres de diamètre qui s'ouvre au sommet de la coupole, illuminant ainsi la grande salle centrale où se trouvent les tombeaux des rois d'Italie ainsi que celui du peintre le plus apprécié de la Renaissance italienne, Raphaël.

Dirigez-vous ensuite en direction de la via Giustiniani, qui vous conduira à l'église Saint-Louis-des-Français (San Luigi dei Francesi). À l'intérieur, allez admirer la chapelle Contarelli (cappella Contarelli), où sont conservées trois magnifiques toiles de Caravage consacrées à la vie de Saint Matthieu. Ces toiles furent exécutées en 1599-1600. Vous observerez Saint Matthieu et l'Ange au centre, ainsi que le Martyre de Saint Matthieu et la Vocation de Saint Matthieu de chaque côté. Les deux dernières toiles illustrent parfaitement le nouveau langage figuratif de Caravage avec une transposition contemporaine et réaliste de l'histoire sacrée, où la lumière est utilisée comme protagoniste de la scène.

Une fois sorti de l'église Saint-Louis-des-Français, continuez sur la via del Salvatore et, après avoir traversé le corso Rinascimento, vous vous retrouverez sur piazza Navona. Situé sur l'emplacement de l'arène de Domitien, cet espace magnifique de forme ovale a une longueur de 240 mètres pour 65 mètres de large. Les immeubles qui bordent la place ont été bâtis sur les ruines des gradins. L'ensemble baroque que l'on admire aujourd'hui a été commandé par Innocent X (1644-1655), de son vrai nom Giovanni Battista Pamphili, qui souhaitait montrer la grandeur de sa famille et fit également édifier le palais Pamphilj. Érigée au centre de la place, l'impressionnante Fontaine des Quatre-Fleuves (Fontana dei Quattro Fiumi) fut commandée au Bernini par le pape. Cette œuvre illustre la domination de l'Église sur les quatre continents déjà connus et représentés sous la forme de fleuves magnifiquement sculptés.

En face de la fontaine, la belle église Sainte-Agnès-en-Agone (Sant’Agnese in Agone) vit le jour d'après un projet de Girolamo Rinaldi, modifié par Francesco Borromini entre 1653 et 1657. Parmi les nombreuses modifications apportées, on compte l'augmentation de la distance séparant les deux tours ainsi que la façade concave, voulue pour mettre la coupole en valeur. La place et les ruelles alentour regorgent de cafés, de bars à vins et de restaurants avec terrasse où nous vous conseillons de vous attabler le temps d'une pause-déjeuner riche en saveurs.

Après cette belle matinée passée entre places et églises, le moment sera venu de visiter le Musée de Rome Palais Braschi (Museo di Roma Palazzo Braschi). Avec une collection très hétérogène, ce musée illustre les aspects principaux de l'histoire sociale et artistique de Rome de la fin du Moyen-Âge au début du XX siècle. La vie quotidienne, les métiers ou encore les transformations de la ville: tout est répertorié dans les œuvres de Giovanni Paolo Pannini, Gaspar Van Wittel, Ippolito Caffi et Ettore Roesler Franz. À la sortie du musée, vous serez à quelques pas de la piazza Campo de' Fiori, qui accueille le marché le plus coloré de la ville et au centre de laquelle s'élève la statue de Giordano Bruno.

Enfin, si vous avez envie de faire du shopping, vous trouverez certainement votre bonheur dans les rues qui s'articulent tout autour de la place, que ce soit dans les célèbres enseignes de la mode ou bien dans de petites boutiques de prêt-à-porter ou des friperies. Une fois la perle rare dénichée, détendez-vous en prenant l'apéritif dans l'un des nombreux bars donnant sur la place.

JOUR 3

Basilica di San Pietro
Rione Borgo 
Musei Vaticani 
Stanze di Raffaello
Cappella Sistina
Castel Sant’Angelo
Ponte Sant’Angelo
Quartiere Trastevere

S'il s'agit de votre premier voyage à Rome, il faut absolument vous rendre au Vatican et dans les quartiers alentour, qui donnent une idée des différentes facettes de la Rome des Papes. Consacrez la matinée à la visite de la Basilique Saint-Pierre (Basilica di San Pietro). Dès votre arrivée sur la place, qui mesure 340 mètres de long pour 240 mètres de large, vous comprendrez avoir pénétré dans ce lieu emblème de la chrétienté. La place est bordée par une superbe colonnade en travertin conçue par le Bernini sur ordre du papa Alexandre VII (1655-1667), qui compte 284 colonnes et 88 piliers. Composé de trois galeries consécutives, le portique s'ouvre sur la via della Conciliazione et évoque de par sa forme, comme le souhaitait le Bernini, les bras de l'Église accueillant les fidèles. Au centre de la place trône l'obélisque égyptien apporté à Rome par Caligula (37-41 après J.-C.). Comme tous les obélisques situés devant les basiliques papales, il était un symbole du pouvoir temporel de la papauté. La première Basilique Saint-Pierre, un édifice aux dimensions similaires à celles de l'édifice actuel, fut érigée en 320 après J.-C. par le premier empereur chrétien, Constantin, sur le lieu où la tradition disait qu'était enterré l'apôtre Pierre. Avant de se présenter à nous telle qu'on peut l'admirer aujourd'hui, elle subit les influences de nombreux papes ainsi que celle des plus grands artistes de la Renaissance italienne: Bramante, Raphaël et Antonio de Sangallo le Jeune. Toutefois, la Basilique Saint-Pierre est considérée comme le chef-d'œuvre de Michel-Ange, car c'est à lui qu'on doit la conception de l'imposante coupole à l'harmonie et aux dimensions surprenantes. Son diamètre intérieur atteint 42 mètres, et la lanterne située à son sommet s'élève à 130 mètres au-dessus du sol. L'intérieur de la basilique abrite de nombreux chefs-d'œuvre de mosaïques et de statues réalisées par les plus grands maîtres italiens, de Raphaël à Canova. La nef centrale est dominée par l'imposant baldaquin baroque en bronze et en marbres précieux du Bernini, également auteur de la magnifique chaire de saint Pierre qui surmonte l'autel central. La première chapelle à droite de l'entrée contient l'une des œuvres les plus célèbres de Michel-Ange, la Pietà. Le maître sculpta cet ensemble entre 1498 et 1499, alors qu'il était à peine âgé de vingt ans. On peut lire sa signature sur l'étoffe qui recouvre la poitrine de Marie, dont le grand drapé des vêtements contraste avec le corps poli de Jésus.

À votre sortie de la basilique, vous pourrez vous reposer au cours d’un déjeuner typique dans l'une des nombreuses trattorie à gestion familiale de la rue voisine, le rione di Borgo, où vous aurez l'opportunité de déguster une cuisine romaine authentique, ou bien consacrer le reste de la journée à la visite des Musées du Vatican (Musei Vaticani) ou du Château Saint-Ange, (Castel Sant’Angelo) au choix. Si vous choisissez de visiter les Musées, vous aurez l'occasion d'admirer l'une des plus importantes collections d'œuvres d'art au monde.

Le premier des Musées date du début des années 1500, au cours desquelles Jules II (1503-1513) rassembla dans les couloirs du Belvédère certains chef-d'œuvres de la sculpture classique, comme l'Apollon du Belvédère (copie d'une statue en bronze réalisée par le sculpteur grec Leochares entre -350 et -325 avant J.-C.) ou encore le groupe du Laocoon (copie de l'original de Rodi sculpté par Agésandros, Athénodore et Polydore). Au cours du XVIe siècle et des siècles qui suivirent, les collections du Vatican s'enrichirent à tel point qu'à partir de 1700 elles furent classées et organisées en différentes sections. Parmi les innombrables œuvres conservées, il faut porter une attention particulière aux magnifiques fresques des Chambres de Raphaël (Stanze di Raffaello) ainsi qu'à celles de la Chapelle Sixtine(Cappella Sistina), d'extraordinaires témoignages de l'art de la Renaissance italienne réalisés par Raphaël et Michel-Ange.

Si vous choisissez de commencer votre après-midi avec la visite du Château Saint-Ange, allez-y en traversant le pont Saint-Ange, appelé pons Aelius à l'époque romaine. Il fut érigé en 134 sur commande de l'empereur Hadrien afin de relier la rive gauche de la ville (où se développait alors le centre habité) à son mausolée, nommé Mole Adriana. Après la chute de l'Empire romain, le mausolée fut transformé en forteresse, car sa position en hauteur et à proximité du siège de la papauté était stratégique. Pendant plusieurs siècles, le Château Saint-Ange revêtit une fonction de défense: dans l'un des bastions, un passage fortifié, appelé passetto («le petit passage»), conduit directement aux palais du Vatican. En cas d'assaut, le pape pouvait rejoindre rapidement la forteresse, considérée à juste titre comme inexpugnable. Il s'agissait donc de la forteresse des papes, mais également d'un véritable bijou du Maniérisme: tout l'appartement de Paul III (1534-1549), l'un des papes les plus importants de la Renaissance italienne, conserve des fresques et des grotesques exécutés par Perin del Vaga, Luzio Luzi et d'autres élèves de l'école de Raphaël. Pendant plusieurs siècles, le château servit également de prison où étaient enfermés tous ceux qui osaient s'opposer au pouvoir pontifical. Les habitants de Rome avaient pour habitude de dire: «Celui qui possède le Château possède Rome».

Une promenade le long du Tibre vous conduira dans le quartier Trastevere, où vous pourrez passer une agréable soirée. Des trattorie toujours ouvertes, des bars et des discothèques à la mode vous porteront au coeur d'un quartier à l'âme vivante, particulièrement en soirée, où il se peuple d'artistes de rue et de musiciens.

JOUR 4    

Piazza del Popolo
Santa Maria del Popolo
Via del Corso
Via del Babuino
Via di Ripetta
Trinità dei Monti
Via dei Condotti
Via Frattina
Via Borgognona
Via delle Carrozze
Via Vittoria
Via della Vite
Piazza Colonna
Palazzo Chigi
Palazzo Montecitorio
Fontana di Trevi
Piazza del Quirinale
Scuderie del Quirinale

Aujourd'hui la promenade commence piazza del Popolo. Avant de vous mettre en route, prenez le temps de savourer un bon petit-déjeuner dans l'un des célèbres cafés qui l'entourent. Installez-vous en extérieur : avec un petit effort d'imagination pour éliminer les véhicules motorisés, vous aurez l'impression d'avoir plongé dans la Rome du XIXe siècle. Au centre de la place, réaménagée  en style néoclassique par Giuseppe Valadier en 1823, l'obélisque apporté d'Égypte par l'empereur Auguste en -10 av. J.-C. domine à 24 mètres. À côté de la Porta del Popolo, vous trouverez l'église Santa Maria del Popolo. L'intérieur mérite qu'on s'y arrête, notamment la chapelle Chigi, conçue par Raphaël, et la chapelle Cerasi, où l'on peut admirer deux tableaux exceptionnels de Caravage: la Conversion de Saint-Paul et le Crucifiement de Saint Pierre.

C'est de la piazza del Popolo que par le Trident, avec au centre via del Corso, et via del Babuino et via di Ripetta de chaque côté. La via del Babuino conduit à piazza di Spagna et aux célèbres escaliers de la Trinità dei Monti, édifiés entre 1723 et 1726 d'après un projet de l'architecte Francesco De Sanctis et au pied desquels se trouve la fontaine Barcaccia, sculptée entre 1625 et 1630 par Pietro Bernini et son célèbre fils, Gian Lorenzo, dit le Bernin. Vous pourrez finir cette matinée tranquillement en flânant dans les rues du shopping. La via dei Condotti est la rue de la haute couture italienne, alors qu'au cours des siècles passés elle accueillait principalement des artistes étrangers résidant à Rome et ayant pour habitude de se retrouver au Caffè Greco: Goethe, Byron et Wagner comptent parmi les clients de cet établissement ouvert en 1760. Nous vous conseillons une pause-café au charme d'autrefois! Faites en sorte de passer par les rues via Frattina, via Borgognona, via delle Carrozze, via Vittoria et via della Vite: ces rues à l'histoire riche sont également un symbole du glamour et de l'élégance. Les boutiques se suivent en enfilade, avec des vitrines plus belles les unes que les autres: les plus grands noms de la mode sont présents avec des vêtements sophistiqués affichés en une des magazines de mode, mis en valeur par les structures architecturales à voûtes austères des édifices. Si vous êtes un inconditionnel de l'élégance, vous aurez la possibilité d'acheter des pièces uniques ainsi que de trouver des services personnalisés de haute couture.

Continuez votre promenade sur la via del Corso, une longue ligne droite où se déroulaient autrefois des courses de chevaux à l'occasion du carnaval, et où le shopping est à la portée de tous les porte-monnaie. C'est ici que vous trouverez les enseignes d'habillement classiques proposant les nouvelles tendances, ainsi que les marques sportives les pus célèbres. Il est l'heure de déjeuner! Effectuez une pause à proximité de la piazza Colonna, où vous trouverez de nombreuses tavernes, osterie et restaurants s'inspirant de la cuisine romaine traditionnelle pour proposer des plats slow food, végétariens ou mêmes végétaliens. Seule ombre au tableau: les tarifs ne sont pas des plus économiques.

En traversant la piazza Colonna, vous observerez deux célèbres édifices: le Palais Chigi (Palazzo Chigi), siège de la présidence du Conseil des ministres italien, et, un peu plus loin, le Palais Montecitorio (Palazzo Montecitorio), siège de la Chambre des députés italienne. Continuons maintenant sur la via del Corso, avec une petite déviation à gauche pour admirer l'un des emblèmes de la ville.

Immortalisée par Federico Fellini dans le film La dolce vita, la fontaine de Trevi (Fontana di Trevi) est la plus grande et la plus célèbre de toutes les fontaines de Rome. Édifiée entre 1732 et 1762 d'après un projet de Nicola Salvi, cette mise en scène exubérante s'inspire du thème de l'océan. Les statues et les bas-reliefs surmontent des rochers en travertin qui descendent jusqu'au grand bassin en face duquel des gradins en demi-cercle représentent la cavea donnant sur la scène. Selon la légende, si vous lancez une pièce dans la fontaine vous reviendrez à Rome. Les petites rues autour de la fontaine regorgent de boutiques artisanales et de souvenirs, vous n’aurez que l'embarras du choix. À propos de choix, on dit que pour connaître Rome une seule vie ne suffit pas.
Chaque itinéraire proposé est donc le fruit d'une sélection. Il est impossible de tout voir. Mais il ne faut pas vous décourager. Il nous a semblé opportun de terminer ce parcours avec un autre lieu emblématique de la ville, qui se trouve à seulement quelques centaines de mètres de la fontaine de Trevi, à parcourir dans le sens de la montée, préparez vos mollets!

La via della Dataria débouche sur la piazza del Quirinale, où se trouve le palais du même nom, résidence officielle du Président de la République italienne depuis 1947, autrefois propriété de la dynastie de la Maison de Savoie suite à l'annexion de Rome au Règne d'Italie. Toutefois, le palais du Quirinal (Palazzo del Quirinale) commença à voir le jour au cours des années 1570 et fut agrandi au cours du siècle suivant par les grands maîtres du baroque (tels Domenico Fontana, Carlo Maderno et Le Bernin, pour ne citer que les plus célèbres), et il était destiné à devenir la résidence d'été des papes. Si vous souhaitez visiter l'intérieur du Palais, rendez-vous sur www.palazzo.quirinale.it avant votre séjour à Rome: les réservations doivent être effectuées au moins 5 jours à l'avance.

Si vous avez encore de l'énergie à dépenser et que quelques expositions vous intéressent, nous vous conseillons de pénétrer dans les Écuries du Quirinal (Scuderie del Quirinale). Construites en une dizaine d'années (1722-1732) et devant avoir une fonction de service pour le palais principal, elles ont été transformées en 1999, après de minutieux travaux de restauration et de restructuration, pour devenir un lieu d'exposition exclusif. Veuillez noter que le vendredi et le samedi, les Écuries sont ouvertes jusqu'à 22h30.

Après un apéritif dans la jolie cafétéria située à l'entresol, vous aurez différentes possibilités pour passer la soirée! Une fois votre visite terminée, prenez le temps d'admirer le magnifique panorama sur la ville depuis la baie vitrée conçue par Gae Aulenti lors des derniers travaux de restauration.

JOUR 5

Basilica di San Paolo fuori le mura
Centrale Montemartini
Il palazzo dipinto da Blu
Piramide Cestia
Colosseo
Vittoriano
Musei Capitolini
Piazza del Campidoglio
Mercati di Traiano, Museo dei Fori Imperiali

Si vous arrivez depuis l'aéroport de Fiumicino ou depuis le port de Civitavecchia, ou bien si vous avez envie de découvrir une autre facette de la ville, nous vous proposons un parcours un peu moins classique. Ce parcours n'étant pas possible à effectuer à pied depuis le centre-ville, nous vous donnerons également quelques conseils concernant les transports. Que vous arriviez de Fiumicino ou de Civitavecchia, nous vous conseillons de prendre le train régional (ligne FL1 depuis l'aéroport et ligne FL5 depuis Civitavecchia) et de descendre à la gare Ostiense. Là, prenez le métro (ligne B direction Laurentina) jusqu'à la station Basilica di San Paolo et en quelques minutes de marche vous atteindrez la Basilique Saint-Paul-Hors-Les-Murs (Basilica di San Paolo fuori le mura), l'un des sites les plus importants de la Rome chrétienne. Malheureusement, l'incendie du 15 juillet 1823 fut responsable de l'écroulement d'une grande partie des structures antiques. Ce que nous pouvons voir aujourd'hui est le fruit d'une reconstruction commencée en 1825 et achevée en 1854, pour un résultat assez fidèle à l'original: une basilique paléochrétienne à trois nefs séparées par des arcs en plein cintre. La zone du presbytère avait survécu aux flammes, ce qui nous permet d'admirer d'extraordinaires œuvres médiévales comme le ciborium d'Arnolfo di Cambio (1285) et le candélabre de Vassalletto. Le cloître datant de la première moitié du XIIIe siècle fut également épargné et témoigne de du style cosmatesque romain.

Après avoir visité la basilique Saint-Paul-Hors-les-Murs, prenez la direction de la Centrale Montemartini. Reprenez le métro direction Rebibbia/Conca d'Oro, descendez à la station Garbatella et suivez les indications pour la Centrale. Comme le suggère son nom, ce lieu d'exposition a été aménagé à l'intérieur de l'ancienne centrale thermique Giovanni Montemartini à partir de 1997, date à laquelle fut organisée une exposition intitulée «Le macchine e gli dei» (Les machines et les dieux), à l'occasion du déplacement de nombreuses sculptures pour les travaux de restructuration de certaines parties des musées du Capitole. À l'intérieur, un jeu de contrastes unique met en valeur de vieilles machines de production et des chefs-d'œuvre de sculptures antiques (la Musa pensosa ou le Togato Barberini notamment) ainsi que de précieuses mosaïques du début du IVe siècle. Ce musée original, qui devait être temporaire, a été transformé en lieu d'exposition permanent en 2005.

Si ces deux premières étapes ont déjà occupé toute votre matinée, dirigez-vous vers la via del Porto fluviale (à quelques pas de la Centrale Montemartini), où vous bénéficierez d'un large choix pour déjeuner: des slow food servant une cuisine locale aux restaurants du monde, sans oublier les bars à vin. 
Avant, n'oubliez pas toutefois de jeter un œil à l'édifice peint par Blu (via del Porto fluviale, à l’angle de la via delle Conce),  un artiste urbain italien à la renommée internationale. La façade de cette ancienne caserne de l'Aéronautique militaire occupée en 2003 est désormais ornée de 27 visages gigantesques. Les fenêtres constituent les yeux de ces personnages inspirés des bandes dessinées et des arts graphiques pour le choix des couleurs vives et le style de dessins.

En début d'après-midi, vous aurez la possibilité d'effectuer une sympathique promenade jusqu'à la pyramide de Cestius (Piramide Cestia), qui s'érige à 37 mètres, sur le côté ouest du piazzale Ostiense. Il s'agit du monument funéraire de Caïus Cestius, un personnage important dans la Rome précédent l'époque augustéenne. Elle fut construite en 330 jours (en béton, briques et plaques de marbre de Carrare) par les héritiers du défunt, qui auraient perdu leur important héritage si cela n'avait pas été fait, comme en témoigne l'inscription gravée sur le côté est du monument. À l'intérieur, une petite chambre sépulcrale fermée par une voûte en berceau était alors recouverte de fresques de style pompéien. Le volume de la chambre sépulcrale occupe seulement 1 % du volume total de la pyramide, d'une forme beaucoup plus élancée que les pyramides égyptiennes. Lorsque l'Égypte devint une province romaine en -30 avant J.-C., sa culture artistique pénétra dans le monde  de l'Urbe, comme cela s'était produit auparavant avec la Grèce, définitivement annexée par l'Empire romain en 27 après J.-C.

Reprenez le métro à la station Piramide (ligne B, direction Rebibbia/Conca d'Oro) et descendez au Colisée où, après avoir admiré l'extérieur du monument le plus emblématique de Rome (si vous souhaitez approfondir votre visite, consultez le jour 1 de ce guide) vous vous dirigerez vers la via dei Fori Imperiali, au bout de laquelle vous trouverez piazza Venezia, dominée par l'imposante masse de marbre du Monument à Victor-Emmanuel II. La construction du monument dédié au Soldat inconnu se déroula de 1885 à 1905, d'après un projet de l'architecte Giuseppe Sacconi.

Pour achever cette intense journée de découverte de Rome, nous vous proposons deux options. La première: une visite des Musées du Capitole (Musei Capitolini). Sur la droite du Monument à Victor-Emmanuel II, on peut monter piazza del Campidoglio, une place commandée par Paul III et réalisée par Michel-Ange vers la moitié du XVIe siècle. Au centre de la place, vous trouverez une copie en bronze de la statue de Marc Aurèle. Après une restauration récente, la statue originale a été installée à l'intérieur des Musées, dans un nouvel espace appelé Esedra qui représente une prestigieuse réalisation architectonique moderne dans le cadre du musée aménagé à l'intérieur de deux bâtiments historiques : le palais Neuf et le palais des Conservateurs, des symboles du pouvoir civil de la ville depuis le Moyen-Âge. À l'intérieur du palais des Conservateurs, vous pourrez admirer, dans l'appartement des Conservateurs, des sculptures d'art antique, des fresques maniéristes et, à l'étage supérieur, la riche pinacothèque comportant notamment des œuvres de Caravage, Carrache et Le Dominiquain.

Deuxième option: visitez le Musée des forums impériaux dans les marchés de Trajan (Mercati di Traiano - Museo dei Fori Imperiali), d'où vous aurez une vue privilégiée sur les Forums, à proximité de l'accès nord. Grâce à différentes technologies multimédias, les volumes et les différentes fonctions des bâtiments commandés par les empereurs y sont expliqués dans la continuité du Forum romain d'époque archaïque et républicaine puis de leur utilisation religieuse, politique et administrative.

Share Condividi

Media gallery

Media gallery

Node Json Itinerari Block

Interactive map

Choose events and services nearby

The itinerary's places