Une promenade parmi les murs, les arches et le tours | Turismo Roma
Vivre à Rome, découvrir Rome
Services touristiques et offre culturelle
+39060608
Your tailor-made trip

Social Block

You are here

Une promenade parmi les murs, les arches et le tours

Un parcours qui offre aux voyageurs les plus attentifs et curieux l'opportunité de découvrir la Capitale dans une perspective inédite qui met en évidence des détails apparemment secondaires mais qui, au contraire, révèlent sa véritable âme à travers les siècles, où passé et présent se rejoignent pour définir le profil unique de Rome aujourd'hui.

Les fortifications pour défendre la ville ont été construites au cours des siècles, depuis les origines de Rome, au VIIIe siècle avant JC, jusqu'au XVIIe siècle après JC. D'imposantes arches, portes et remparts célèbrent la gloire des actes des grands hommes, et comme des remparts, ils racontent, sous leurs formes diverses, l'histoire de la ville.

Désormais disparues, les plus anciennes murailles, appelées Romulee, remontent à la création de la ville et se limitaient à la colline du Palatin.

La première grande muraille de la ville de Rome, la muraille Servienne, attribuée au roi Servius Tullius, est été construite au VI siècle av. J-C. A l'époque républicaine, après l'invasion des Gaulois au 4ème siècle av. JC, elle est été reconstruite et aujourd'hui est connu comme la muraille Serviennne républicaine. Constituée de blocs de tuf, elle est encore visible sur 94 mètres, à la gare Termini, où se trouvait la section la plus fortifiée, dans le Campidoglio et le Largo Magnanapoli. Le système défensif entourait la ville sur environ 11 kilomètres, entourant les collines Quirinale, Viminale, Esquilino, Oppio, Celio et Aventino, et le long de son périmètre, il y avait dix portes, dont la Porta Viminale, la Porta Esquilina, la Porta Querquetulana , où la basilique des Santi Quattro Coronati et la Porta Caelimontana ont été construites plus tard. La muraille Servienne est été restaurée par Auguste puis incorporée dans des structures de l'époque impériale.

Pendant longtemps Rome, maîtresse de la Méditerranée, n'a pas eu de murs urbains. Le besoin d'une nouvelle structure défensive est réapparu au troisième siècle après JC. Le danger des invasions barbares a poussé l'empereur Lucio Domizio Aureliano à construire un nouveau système défensif. Le mur d’Aurélien, construite entre 271 et 275 après JC, s'étend sur 19 kilomètres, mesuraient près de 6 mètres de haut et étaient entrecoupés, tous les 30 mètres, de tours carrées et de portes. Pour économiser du temps et des coûts de traitement, des bâtiments plus anciens ont été incorporés à l'intérieur, tels que des sections d'aqueducs, la Pyramide de Cestius et Castro Pretorio. À l'intérieur de la Porta San Sebastiano se trouve le Musée des Murs, qui retrace son histoire et analyse ses systèmes de construction.

Le mur léonin, datée du milieu du IXe siècle, porte le nom du pape Léon IV qui le fit construire pour protéger le Vatican des raids des Sarrasins. Pendant le pontificat de Nicolas III, le Corridore di Borgo a été ajouté, connu aussi comme le Passetto ou Corridor Vatican de Borgo, qui relie Castel Sant'Angelo, l'ancien mausolée d'Hadrien, avec la Cité du Vatican. Quand les troupes des lansquenets de Charles V ont attaqué Rome. Le pape Clément VII s'est sauvé en s'enfuyant le long du Passetto.

Le mur du Vatican est été construit sous les pontificats de Paul III, Pie IV, Pie V et Urbain VIII, pour renforcer le mur de Léonine et pour défendre la basilique Saint-Pierre et la colline du Vatican. Dans la partie nord se dresse le bastion de Michelangelo, construit en 1534.

Le mur d Janicule, ainsi appelée parce qu'il traverse la colline du Janicule, est été construit pendant les pontificats du pape Urbain VIII et du pape Innocent X, au XVIIe siècle, pour remplacer, par un itinéraire différent, une section des murs auréliens, passant aussi par le actuel quartier de Trastevere. Les murs de la ville s'étendaient de la Porta Portese, reconstruite par le pape Innocent X, à la Piazza del Sant'Uffizio, jusqu'à près de la Piazza San Pietro.

L'apparence de la Rome médiévale était caractérisée par une rangée de tours qui, y compris celles insérées dans les murs, s'élevaient à 900 tours. Les tours marquaient la division de la ville en de nombreux biens et étaient, pour les familles nombreuses, un symbole de suprématie.

Dans la via dei Fori Imperiali, à l'intersection avec la via Cavour, s'élève la Torre dei Conti, construite au XIIIe siècle et connue au Moyen Âge pour sa majesté sous le nom de "Torre Maggiore". Derrière la structure, en remontant via Tor dei Conti, vous atteignez la Torre del Grillo, construite sur les restes de murs faisant référence à l'époque de Trajan. À la fin de la montée, vous arrivez à la Torre delle Milizie, commandée par le pape Grégoire IX au XIIIe siècle. Adossé à la Piazza Navona, il y a la Torre dei Sanguigni et la Torre dei Millini. Enfin, via dei Portoghesi, vous pouvez voir la Torre dei Frangipane, connue sous le nom de “Torre della Scimmia”.

Les Arches de Triomphe sont des constructions romaines. Ils se composaient de structures en forme de porte voûtée monumentale qui ont été érigées pour célébrer les empereurs ou les dirigeants après une victoire dans la guerre. Les premières arches étaient construites en bois et en brique et étaient dépourvues de décorations, qui s'ajoutaient avec le temps. Maintenant trois arches restent à Rome.

L'Arc de Titus, à l'intérieur du Forum romain, a été construit par Domitien en 81 après JC. pour commémorer les victoires de Vespasien et de Titus sur les Juifs. Au Moyen Âge, l'arc fut incorporé à la forteresse de Frangipane et ne fut «libéré» qu'avec la restauration que le pape Pio VII confia à Giuseppe Valadier en 1821.

L'Arc de Septime Sévère, construit en 203 après JC sur la Via Sacra, il rappelle les victoires de l'empereur et de ses deux fils, Caracalla et Geta, contre les Parthes, les Arabes et les Adiabeni. Il est recouvert de marbre et a une structure à trois arcs communicants.

L'Arc de Constantin, à côté du Colisée, célèbre la victoire de Constantin sur Maxence au pont Milvian (312 après JC). C'est la plus grande arche (atteint 25 mètres de hauteur!) Et la mieux conservée de celles qui ont survécu.

Share Condividi

Media gallery

Media gallery

Node Json Itinerari Block

Carte interactive

CHOISISSEZ LES ÉVÉNEMENTS ET LES SERVICES À PROXIMITÉ

The itinerary's places