Sept chefs-d’œuvre XS | Turismo Roma
Vivre à Rome, découvrir Rome
Services touristiques et offre culturelle
060608
Your tailor-made trip

Social Block

You are here

Sept chefs-d’œuvre XS

Tempietto del Bramante foto Real Academia de España en Roma

Imposant et monumental : deux adjectifs semblent convenir pour décrire le patrimoine architectural de Rome au cours de ses deux mille ans d’histoire. Il y a des œuvres qui déjà du nom avec lesquelles elles sont connues ne laissent aucun doute sur leurs dimensions, par exemple le Colisée, le Circus Maximus ou la Mole Adriana. À Rome les architectes ont toujours pense "en grand".

Le tissu urbain cache cependant aussi des broderies précieuses, des œuvres à petite échelle qui resplendissent d’une lumière particulière, qui frappent la vue ou l’imagination en dépit de leurs dimensions et qui contiennent une infinité de suggestions. Au fond, disait le sculpteur Giacometti, "il y a plus de chances de se faire une idée de l’univers en faisant une chose haute d’un demi-centimètre que d’essayer de refaire le ciel entier".

Pour commencer à redécouvrir la grande beauté des petites choses, nous vous présentons sept chefs-d’œuvre "extra-small", dans la certitude que, au moins en art, ce sont les proportions et le parfait équilibre entre les éléments qui comptent vraiment. Petit est beau, parfois merveilleux.

#1 San Benedetto in Piscinula - Donnant sur la Piazza in Piscinula, dont le nom dérive probablement des piscines des anciens thermes romains, est une église miniature dédiée au saint de Norcia et construite, selon la légende, en 543 sur les ruines de la maison des Anici, une noble famille romaine où saint Benoît aurait habité. Malgré ses dimensions très réduites, l’église conserve d’importants trésors historiques et artistiques, tout d’abord le pavement cosmatesque en porphyre et serpentin original du XIIe siècle, qui témoigne de l’importance de l’église dans la Rome médiévale. Avec son atmosphère intime et recueillie, saint Benoît a deux primates à vanter sur les autres églises de la ville: décoré de minuscules fenêtres jumelées soutenues par une petite colonne, le beau clocher roman du XIIe siècle est le plus petit de la ville et à l’intérieur il conserve la cloche la plus ancienne de Rome, fondue en 1069 elle a à peine un diamètre de 45 cm.

#2 Saint-Jean à Oleo - Sur la via di Porta Latina, près de l’ancienne porte romaine, une petite chapelle octogonale peu voyante risque d’échapper à notre attention. Son élégance simple dérive d’une paternité pas certaine mais illustre. Construit dans la Rome de Jules II aux dépens du prélat Français Benoît Adam (rappelé sur l’une des portes avec l’inscription «Au plaisir de Dieu», «À Dieu aimer») et attribué à Bramante, en 1658 elle a été restaurée par Borromini, qui a modifié sa couverture en ajoutant un tambour avec une bande décorée de roses et de palmiers et un grand globe de six roses. De la même année est le cycle de fresques à l’intérieur, avec Saint-Jean immergé dans une cuve d’huile bouillante, «in oleo/dans l’huile» précisément. La tradition veut en effet que se produisit ici la tentative de martyre du saint : c’était l’année 92 après J.-C. et la foule qui assistait, terrifiée de le voir sortir indemne et convaincue d’avoir affaire à un magicien, implora Domitien de lui sauver la vie. Saint-Jean fut ainsi exilé sur l’île de Patmos, où il écrivit l’Apocalypse.

#3 Temple de Bramante - L’idée de perfection appliquée à l’architecture : construit par Bramante dans la première décennie du XVIe siècle pour le roi d’Espagne, il fut immédiatement jugé comme un véritable chef-d’œuvre et reste encore une des expériences les plus accomplies du rêve de la Renaissance. Inspiré par l’art romain classique et entouré de 16 colonnes de granit gris, un nombre reconnu comme parfait par Vitruvius, il a été construit au centre d’une des cours du complexe Saint-Pierre à Montorio (aujourd’hui partie de l’Académie royale d’Espagne) pour célébrer le martyre de saint Pierre, qui a eu lieu selon une tradition tardive sur le Janicule. Le diamètre de la cellule n’est que de 4 mètres, mais l’harmonie des proportions entre diamètre et hauteur, l’équilibre des parties et la pureté des lignes sont tels qu’ils font oublier ses vraies dimensions et le font apparaître, malgré tout, monumental. Au-dessous du petit temple, il y a une extraordinaire crypte également circulaire, dont le centre indique le lieu où aurait été plantée la croix du martyre de saint Pierre.

#4 Saint-Charles aux Quatre Fontaines - Ingénieusement réalisée dans les dimensions d’un des piliers de la coupole de San Pietro, elle est parmi les chefs-d’œuvre du baroque romain et de Francesco Borromini, appelé en 1634 par les Pères Trinitaires Espagnols pour la restauration de leur église. Le résultat dépassa toutes les attentes : impossible de ne pas être enchantés par le minuscule et candide cloître octogonal, par les surfaces concaves et convexes qui se succèdent dans la façade, ou par le petit et élégant campanile avec cuspide à pagode. Mais ce qui frappe le plus, c’est peut-être, à l’intérieur de l’église, le dôme ovale, un puzzle d’octogones, d’hexagones et de croix déformées de manière prospective qui donnent l’impression d’un espace beaucoup plus large et dilaté qu’en réalité, baigné de lumière par une petite lanterne au sommet de laquelle nous apercevons la colombe de l’Esprit Saint comme dans une apparition surnaturelle. Devant tant de beauté, on oublie complètement les dimensions réelles du bâtiment, si petit qu’on mérite le diminutif affectueux de San Carlino.

#5 Petit Temple de Diana - Entre les terrasses, les statues, les fontaines et les musées enfermés dans les 80 hectares de Villa Borghese, il y a aussi un petit et élégant temple de forme circulaire et de style néoclassique. Attribué à Antonio Asprucci et à son fils Mario et daté de 1798, il fut construit par le prince Marcantonio IV Borghese, le plus généreux mécène de la Rome du XVIIIe siècle, qui transforma la villa voulue par le cardinal Scipione Caffarelli Borghese en un grand jardin à la mode. Dans ce cas, le Temple de Vesta ou le Temple de l’Amour dans le Parc de Versailles sont l’inspiration, les modèles retravaillés avec grâce et finesse : ainsi, malgré l’échelle réduite et la simplicité des formes, l’effet scénique est assuré. Huit colonnes de marbre bigio, qui reposent sur quatre marches circulaires, soutiennent une coupole surmontée d’une pomme de pin. À l’intérieur, sur une base encore présente aujourd’hui, se trouvait une statue grandeur nature de Diana, une copie romaine d’un original grec restauré par l’atelier de Vincenzo Pacetti. La statue est aujourd’hui au Louvre : pour rappeler la déesse reste l’inscription sur l’architrave "NOCTILVCAE SILVARVM POTENTI", à la déesse de la lumière nocturne, dame des forêts.

#6 Église Madonna dell’Archetto - Son nom officiel est Santa Maria Causa Nostrae Laetitiae mais elle est populairement connue comme la Madonna dell’Archetto : c’est le plus petit sanctuaire marial de Rome, et peut-être du monde, qui l’accueille. Inconnue du grand public en raison de sa position isolée au fond d’une ruelle, la petite église a une histoire singulière : elle fut en effet construite en 1851 à l’endroit exact où, depuis la fin du XVIIe siècle, était vénérée une image de la Madone murée sous un petit arc entre deux palais.  Considérée comme miraculeuse, l’image atteint le sommet de la gloire le 9 juillet 1796, quand elle et d’autres «Madonnelle» de la ville sont vus tourner les yeux à plusieurs reprises, devenant la destination d’un véritable pèlerinage. La minuscule église est un chef-d’œuvre de l’architecture néo-Renaissance, riche en marbres précieux et en sculptures, œuvre de l’architecte Virginio Vespignani qui réussit à lui donner l’aspect d’une petite basilique. Une curiosité : les fresques de la voûte et de la minuscule coupole sont de Costantino Brumidi, dit le "Michel-Ange des États-Unis" et auteur des œuvres qui ornent la coupole du Capitole à Washington.

#7 Cinéma dei Piccoli - Le charme et la grâce des contes de fées enfermés dans un peu plus de 70 mètres carrés: né pour divertir et rêver un « petit » public à tous égards, le Cinéma dei Piccoli a toutes les bonnes cartes pour être inclus parmi les œuvres d’art de la ville, si vous savez regarder avec l’émerveillement et l’étonnement de celui qui est (resté) au moins un peu enfant. Son histoire commence en 1934, quand une petite salle a été mise en place dans les jardins de la Villa Borghese, bientôt rebaptisé par les Romains «Maison de Mickey», qui a accueilli des projections de dessins animés et des spectacles d’humour en utilisant un drap comme écran. Même si Disney s’oppos à l’utilisation du nom, l’image de Mickey Mouse avec caméra a été maintenue à côté de l’enseigne jusqu’aux années 1970. Rénové entre les années 1980 et 1990, il fait partie depuis 2005 du Guinness des records comme le plus petit cinéma du monde. Son écran est de seulement 5 x 2,5 mètres et sa salle compte à peine une soixantaine de places, toutes contenues dans une très petite maison en bois avec le toit en pente.

You may also be interested in

Media gallery

Media gallery
San Benedetto in PiscinulaSan Benedetto in PiscinulaSan Giovanni in OleoTempietto del BramanteTempietto del BramanteTempietto del BramanteSan Carlo alla Quattro FontaneSan Carlo alla Quattro FontaneSan Carlo alla Quattro FontaneTempietto di DianaCinema dei Piccoli