À la découverte des musées autour de la place Navona | Turismo Roma
Vivre à Rome, découvrir Rome
Services touristiques et offre culturelle
060608
Your tailor-made trip

Social Block

You are here

À la découverte des musées autour de la place Navona

Museo di Roma - Palazzo Braschi

Place Navona, considérée comme la plus belle place baroque de Rome, est située au cœur du centre historique et est l’un des lieux de rencontre préférés des Romains et des touristes, grâce à son atmosphère animée et accueillante.

Asseyez-vous à l’une des tables de ses cafés à la mode pour bavarder entre amis en sirotant un coup ou dans l’un des restaurants élégants en plein air pour déguster les nombreuses spécialités culinaires que la ville offre, flâner dans les rues et les ruelles voisines à la recherche de vues romantiques ou inhabituelles, sont parmi les expériences à faire au moins une fois dans la vie.

Mais la place Navona et les rues qui l’entourent sont plus que cela. Le charme indiscutable de cette zone de la capitale réside en effet aussi dans la forte concentration de chefs-d’œuvre artistiques que l’on peut y apprécier. Ici, vous pourrez vous promener dans des œuvres d’art uniques comme celles de Bernini et de Borromini, admirer les anciens palais nobles témoins des splendeurs de la Rome des papes, entrer dans une petite église et découvrir ensuite qu’il s’agit d’un véritable trésor de merveilles, ou visiter les institutions culturelles parmi les plus surprenantes et fascinantes de Rome.

Nous vous proposons un itinéraire pour découvrir les musées les plus représentatifs et les plus prestigieux entre la place Navona et ses alentours.

Musée de Rome - Palais Braschi

Niché entre l’intérieur de la place et le cours Vittorio Emanuele II, vous trouverez le Palazzo Braschi du XVIIIe siècle qui, depuis 1952, est le siège du Musée de Rome.

La cour pittoresque de ce bâtiment majestueux n’est qu’un prélude à une symphonie de belles chambres décorées de peintures de tempera et de stuc raffiné.

Le Musée de Rome abrite de nombreuses peintures et sculptures d’auteurs italiens et étrangers actifs à Rome entre le XVIIe et le XXe siècle.

Parmi les grandes toiles du XVIIe siècle, illustrant les occasions festives et les événements historiques importants, se distingue celle d’Andrea Sacchi et Filippo Gagliardi qui représente le spectacle grandiose mis en scène pendant le Carnaval de 1656 au Palazzo Barberini en l’honneur de Cristina de Suède, arrivée à Rome en grande pompe.

Au total, le Musée conserve plus de cent mille œuvres qui comprennent des portraits de nobles, papes et prélats, des images d’églises, basiliques, places, palais, ruines et paysages, des vues de Rome et des environs d’auteurs italiens et étrangers, œuvres sculptées du XVIIe siècle représentant des prélats et des nobles romains, les maquettes en terre cuite de Gian Lorenzo Bernini.

La collection, dont certaines pièces sont exposées en rotation, est complétée par des dessins, des gravures, des photographies, des meubles, des vêtements, des céramiques, des voitures et des transporteurs, des éléments architecturaux et des fresques.

Grâce à la dernière rénovation interne du Musée, le visiteur peut jouir librement des espaces muséaux : il n’y a pas de parcours obligé à suivre, mais une totale liberté de choix qui rend le visitateur protagoniste et artisan de sa propre expérience de visite.

Des fenêtres du Palais, vous pouvez également profiter d’une vue spectaculaire sur la place Navona

Musée de sculpture antique Giovanni Barracco

Il suffit de traverser le Corso Vittorio Emanuele II pour se retrouver en face du magnifique palais qui abrite le Musée de sculpture antique Giovanni Barracco

Le baron Barracco a consacré la majeure partie de sa vie à la collection d’œuvres importantes du monde entier. Sa collection, qui comprenait plus de deux cents pièces de sculptures anciennes d’art assyrien, égyptien, chypriote, phénicien, étrusque et gréco-romain, a été donnée par lui à la ville de Rome en 1904.

Ce prestigieux assortiment d’œuvres d’art nécessitait un siège tout aussi prestigieux. Le choix tombe sur un élégant édifice du XVIe siècle, dont le projet a été attribué à Antonio da Sangallo le Jeune : Petit palais Le Roy, également connu sous le nom de Farnesina aux Baullari ou Petite Farnesina. Les lys français présents sur la façade donnent lieu à un malentendu : on crut, en effet, que le palais appartenait aux Farnèse, les lys faisant partie de leur blason héraldique. D’où l’appellation erronée de Farnesina aux Baullari.

Parmi les pièces les plus intéressantes de la collection sont les exemples de l’art chypriote, un élément de médiation entre les mondes oriental et grec. Figures de divinités, images de soumissionnaires et même un petit char jouet trouvé dans une tombe, représentent un témoignage unique de l’art de Chypre parmi les musées romains.

Musée National Romain - Palais Altemps

Sur le côté opposé de la place Navona, en revanche, sur la place Sant’Apollinare, se trouve le Palais Altemps qui, avec le Palais Massimo aux Colonnes, Crypta Balbi et les Thermes de Dioclétien, fait partie du Musée National Romain.

Créé en 1889, pour abriter les antiquités de Rome, dans son ensemble le Musée National Romain conserve la collection archéologique la plus importante du monde.

Le Musée du Palais Altemps se trouve dans le bâtiment fait édifier par Girolamo Riario et passé, en 1568, à la famille Altemps qui y demeurèrent jusqu’au milieu du XIXe siècle.

La propriété passa ensuite à Giulio Hardouin, père de la duchesse Marie qui, en 1883, se maria dans l’église à l’intérieur du palais, Saint-Aniceto, le Vate Gabriele D’Annunzio. Après l’acquisition par l’État italien et une longue et rigoureuse restauration, en 1997, le Musée a ouvert ses portes au public.

A l’intérieur il y a des chefs-d’œuvre absolus de la sculpture ancienne appartenant à des collections nobiliaires célèbres dont l’aménagement intègre parfaitement les marbres avec le contexte décoratif des chambres, pour proposer les solutions adoptées dans la disposition des collections antiques. La visite des deux étages est divisée en une succession de chambres ornées, une intrigue d’escaliers et de couloirs menant à la découverte.

On va des statues et reliefs des collections Altemps, Boncompagni Ludovisi, Mattei, Del Drago, aux sculptures Jandolo, Veneziani, Brancaccio, à la collection égyptienne, aux célèbres fresques Pallavicini Rospigliosi, aux œuvres de découvertes exceptionnelles et récupérées du marché des antiquités, jusqu’à l’inestimable collection archéologique d’Evan Gorga, collectionneur excentrique du début du XXe siècle et aux collections du XVIe siècle et XVIIe siècle, pour se retrouver parmi les matériaux minuscules, témoins de la collection d’archéologie de l’époque moderne et à la Galerie des gravures et des marbres antiques.

De valeur particulière, la collection Boncompagni Ludovisi comprenait environ 450 sculptures qui décoraient les avenues et les jardins de la villa du même nom. Lorsque la villa fut détruite à la fin du XIXe siècle, en raison de la création de l’actuel quartier Ludovisi, une partie de la collection fut dispersée. L’État italien en acquiert 104. Il s’agit notamment de la Galata suicide, Oreste et Electra, Ares, la tête Juno et le célèbre Trône Ludovisi, original grec du Ve siècle avant JC.

Musée Napoléonien

À quelques pas du Musée du Palais Altemps, sur la place Ponte Umberto I, se trouve enfin le Musée Napoléonien.

En 1927, le comte Giuseppe Primoli, fils de Pietro Primoli et de la princesse Charlotte Bonaparte, puis cousin de Napoléon III, donna à la ville de Rome sa collection d’œuvres d’art qui comprenait des reliques napoléoniennes et des souvenirs familiaux.

La très riche variété de matériaux permet de s’immerger totalement dans l’atmosphère de l’époque napoléonienne et de rencontrer tous les personnages qui l’ont animée. Les événements historiques de la famille Bonaparte, en outre, sont logés au Palais Primoli, qui conserve encore intactes ses caractéristiques d’habitation nobiliaire.

La collection du Musée témoigne des différents aspects de la vie privée de l’Empereur, de ses passions et de ses faiblesses, retraçant l’histoire familiale non seulement avec le portrait officiel, mais aussi à travers celle privée qui raconte les fêtes, les mariages et les baptêmes.

La collection qui naquit du désir d’en raconter l’histoire de la famille selon une optique privée et d’en documenter les rapports intenses qui la liaient à Rome comprend des portraits et des bustes des membres de la famille, de précieux bureaux de tabac artistiques et objets d’usage quotidien, porcelaines finement décorées et albums de souvenirs, bijoux et petits portraits en cire, livres et robes.

Le tout présenté en trois sections bien distinctes : la période napoléonienne véritable, témoigné par de grandes toiles et bustes des plus grands artistes de l’époque qui dépeignent dans des poses auliques et conventionnelles les nombreux représentants de la famille impériale; la période dite "romaine", de la chute de Napoléon à la montée de Napoléon III; la période du second empire, avec des œuvres se rapportant à cette période de l’histoire française dominée par la figure de Napoléon III.

Share Condividi

Media gallery

Media gallery
Museo di Roma - Palazzo Braschi

Node Json Itinerari Block

Interactive map

Choose events and services nearby

The itinerary's places