Roma: il centro storico nel cinema | Turismo Roma
Vivre à Rome, découvrir Rome
Services touristiques et offre culturelle
+39060608
Your tailor-made trip

Social Block

You are here

Rome Centre historique dans le cinéma

Palazzo Farnese
Piazza di Pietra
Pantheon
Fontana delle Tartarughe
Piazza Navona

L’aire archéologique du centre de Rome apparaît tel un plateau de tournage : un héritage prêt à être transporté à l’écran.

Le Colysée, lieu icône de la ville sert de toile de fond à « Un Américain à Rome » (1954) de Steno, un classique de la comédie à l’italienne. Une histoire amusante qui contraste avec le caractère sombre du monument que donne Bernardo Bertolucci dans « Le conformiste » (1970). De fait, le film se termine dans le drame dans l’amphithéâtre avec le protagoniste qui accuse un innocent du meurtre qu’il a commis.

C’est à ce même monument qu’est lié l’inoubliable personnage d’Alberto Sordi, Nando Mericoni qui, au sommet du Colysée, menace de se jeter s’il ne parviendra pas à réaliser son rêve de partir pour Kansas City.

La place du Capitole est un lieu magique : le réalisateur russe Andreij Tarkovskij, dans le film « Nostalghia » (1983), y tourne une scène à la puissance rare. Un ami du protagoniste se tue au nom du retour à la simplicité perdue dans la vie moderne.

C’est sur cette même place que se situe le Palais des Conservateurs, dont la cour conserve les vestiges colossaux de statues romaines. Ici, la réalisatrice Jane Campion y tourna son « Portrait de femme » (1996). Les pièces en marbre deviennent le décor inquiétant où la protagoniste, Nicole Kidman, se rend compte des intrigues cruelles qui l’entourent.

Le Monument à Victor Emmanuel II qui domine la place de Venise est le protagoniste du film de Peter Greenaway« Le ventre de l’architecte » (1987). C’est un film onirique où le rêve et la folie lucide se mélangent en exaltant les qualités scénographiques du monument. Le monument est présent également dans le film de 2003, « Fusion - The Core » de Jon Amiel, qui suit le filon du cinéma catastrophe, où la gigantesque structure explose alors que le Colysée s’écroule, à cause de l‘arrêt improvisé de la rotation du noyau de la Terre.

 Nanni Moretti tourna la scène finale de « Palombella rossa » (1989) au Cirque Maxime. Il s’agit d’une séquence symbolique, insolite dans la production du réalisateur romain. Un soleil rouge en papier mâché s’élève sur le Cirque Maxime depuis la colline de l’Aventin.

Le journaliste Gregory Peck et la princesse Audrey Hepburn sont les protagonistes de « Vacances romaines » de William Wyler. Mais la véritable protagoniste est sans aucun doute Rome filmée sur une Vespa : un spot mondial pour la ville et pour le scooter. La première rencontre entre les deux personnages, jouée sur le jeu des équivoques, se produit près de l’Arc de Septime Sévère, avec tout le Forum Romain en arrière-plan. Puis s’en suit une brève visite au Colysée. Toutefois, la scène la plus célèbre se déroule sous le porche de Sainte-Marie-en-Cosmedin, devant la Bouche de la vérité. Gregory Peck raconte la légende de l’épreuve de la vérité : si on dit des mensonges la main sera coupée. Puis il enfile sa main dans la Bouche et hurle de douleur. Il s’en suivra une grande frayeur puis des rires. Ainsi, une plaque d’égout de la Rome antique est devenue une icône inoubliable de la ville qui attire les touristes à la recherche du frisson.

Share Condividi

Media gallery

Media gallery
Palazzo FarnesePiazza di PietraPantheonFontana delle TartarughePiazza Navona

Node Json Itinerari Block

Carte interactive

CHOISISSEZ LES ÉVÉNEMENTS ET LES SERVICES À PROXIMITÉ

The itinerary's places