Les pâtisseries traditionnelles du mois de novembre : les fèves sucrées ou les fèves des morts | Turismo Roma
Vivre à Rome, découvrir Rome
Services touristiques et offre culturelle
060608
Your tailor-made trip

Social Block

You are here

Les pâtisseries traditionnelles du mois de novembre : les fèves sucrées ou les fèves des morts

Le fave dei morti

La tradition de manger des fèves pour commémorer les défunts plonge ses racines dans l’histoire de la Rome antique. Au dix-huitième et dix-neuvième siècle, la commémoration la plus importante des morts, qui frappait particulièrement les esprits du peuple pour la solennité du lieu, se déroulait dans l’église de Santa Maria dell'Orazione e Morte dans la via Giulia. Au terme de la cérémonie, la statue de Notre-Dame-du-Rosaire était portée en procession jusqu’au cimetière du Santo Spirito. La tradition de la fête des morts est bien enracinée dans la culture romaine et les vraies fèves, consommées au printemps, ont été au fil du temps remplacées par les fèves sucrées ou les fèves des morts, connues aussi sous le nom des biscuits de la Toussaint. Appelées ainsi à cause de leur forme, ces biscuits sont préparés avec de la farine d’amandes douces pilées au mortier avec une infinie patience, des amandes sèches et du sucre. Les fèves sucrées sont accompagnées des dits « ossements de mort » qui ne sont rien d’autre qu’une imitation sucrée des os originaux. Ces deux biscuits sont généralement servis au début du mois de novembre au moment des célébrations liées au mois des morts et leur recette reflète de nos jours encore la tradition.  

La recette : les fèves sucrées ou les fèves des morts   Ingrédients

  • 200 gr. d’amandes (non pelées)
  • 200 gr. de sucre
  • 100 gr. de farine blanche
  • 1 œuf
  •  le zeste d’un citron
  • ½ cuillère de cannelle en poudre

Préparation Préparer la farine d’amande qui peut être obtenue en pilant au mortier 200 gr. d’amandes non pelées avec autant de sucre. Il faut piler ensemble les amandes et le sucre afin que l’huile qui s’échappe des amandes ne soit pas perdue mais absorbée par le sucre. Après avoir obtenu la farine, la passer au tamis, la mélanger avec 100 gr. de farine blanche, 1 œuf entier, le zeste d’un citron et une demi-cuillère à café de cannelle en poudre. Bien travailler la pâte et la diviser en petits morceaux auxquels donner la forme ovale caractéristique légèrement écrasée. Les aligner sur une plaque beurrée et les faire cuire à four chaud pendant 30 minutes environ. Attention : une fois sorties du four les fèves sont molles. C’est en se refroidissant qu’elles deviendront croquantes.  

Où manger les pâtisseries traditionnelles

  • Beppe e i suoi formaggi, via di Santa Maria del Pianto 9, Rome.
  • Mondi, via Flaminia Vecchia 468, Rome.
  • Palatium, via Frattina, 94, Rome. Tél. 0669202132

Media gallery