Rome à lire | Turismo Roma
Vivre à Rome, découvrir Rome
Services touristiques et offre culturelle
060608
Your tailor-made trip

Social Block

You are here

Rome à lire

Un livre célèbre de Silvio Negro porte un titre plus vrai que jamais : « Roma non basta una vita - Une vie ne suffit pas pour Rome  ». Une vie ne suffit pas pour la connaître en entier. Une vie ne suffit pas pour lire ne serait-ce qu'une petite partie des livres qui lui sont consacrés. Mais ne vous découragez pas. Il est vrai que les auteurs sont nombreux à écrire et nous sommes seuls à lire mais il faut bien commencer.

Notre itinéraire bibliographique personnel, comme tous les itinéraires, a la valeur d'un petit manuel de lecture agréable mais en aucun cas simpliste.

Stendhal et Goethe : deux étrangers qui ont aimé la ville, sans en cacher les défauts. Leurs carnets de voyage, deux textes d'anthropologie sentimentale, sont, comme on dit, un bon début. Alors bonne lecture avec les Promenades dans Rome du Français et leVoyage en Italie de l'Allemand. Une petite idée sur les voyageurs qui ont visité Rome, qui l'ont aimée à la folie ou qui l'ont détestée, se trouve dans le volume du poète Valerio Magrelli : « Magica e velenosa Roma nel racconto degli scrittori stranieri ((Magique et vénéneuse. Rome dans le récit des auteurs étrangers) ».

Pier Paolo Pasolini et Carlo Emilio Gadda sont deux auteurs « classiques » du XXe siècle. Différents par caractère et style, dans la vitalité et la réticence, ils nous ont donné, bien que n'étant pas Romains, deux des meilleurs témoignages littéraires sur la ville. Le roman de Gadda « L'affreux pastis de la rue des Merles » représente pour le lecteur un défi intellectuel : la sémantique somptueuse des pages de Gadda et l'intrigue complexe peuvent décourager mais il ne faut pas abandonner. En refermant le livre, le plaisir aura été grand et il sera impossible d'oublier la Rome des petits bourgeois des années 50. Le metteur en scène Pietro Germi, en 1959, a tiré du livre, le film « Meurtre à l'italienne ». Cherchez-le dans les cinémathèques, il en vaut la peine.

La Rome de Pier Palo Pasolini est la ville souffrante des banlieues. La réalité urbaine de la croissance économique désordonnée qui accable les cultures et les modes de vie traditionnels, sans les remplacer par d'autres possibilités d'agrégation. Le passé est oublié, effacé de la mémoire, mais il n'y a pas d'avenir. À lire : « Les Ragazzi » et « Une vie violente ».

L'écrivain romain Marco Lodoli a publié deux petits « guides vagabonds de Rome : « Îles » et « Nouvelles Île ». Il s'agit de guides pour les marcheurs désorganisés et compulsifs. La ville est découverte sans une destination précise, en sortant de la maison et c'est parti. Une manière ancienne et merveilleuse de la découvrir.

C'est la fin de nos indications de lecture. Le prochain rendez-vous sera consacré à des textes historiques et artistiques. Bonne lecture à tous.

Media gallery