Les Cloîtres | Turismo Roma
Vivre à Rome, découvrir Rome
Services touristiques et offre culturelle
060608
Your tailor-made trip

Social Block

You are here

Les Cloîtres

I chiostri

L'art médiéval à Rome semble étouffé par la prédominance de l'antique ainsi que de la somptuosité de la Renaissance italienne et du baroque. Il existe cependant de nombreux témoignages de cette période dans le tissu urbain, même s'ils sont parfois bien cachés.

Aujourd'hui, nous vous proposons une promenade à la découverte de deux cloîtres : de véritables merveilles architecturales, des lieux de spiritualité, de repos ainsi que de mémoire du savoir-faire artistique des familles médiévales d'artisans marbriers de Rome.

Le cloître (du latin claustrum, lieu fermé) est une cour carrée entourée de portiques et située à l'intérieur d'un monastère ou d'un couvent. Il a un rôle essentiellement pratique, puisqu'il relie les différents espaces du complexe monastique.

Le cloître de Saint-Jean-de-Latran, œuvre des artisans marbriers de la famille romaine Vassalletto, est un chef-d'œuvre de l'art du XIIIe siècle. Commencé vers 1222, il fut achevé en 1232. Formant un carré de 36 mètres de côté, il s'agit du plus grand cloître de Rome. L'originalité de cette œuvre réside dans le fait qu'aucun fragment de monument antique n'a été employé pour sa construction : la famille Vassalletto créa entièrement ce cloître en s'inspirant de l'architecture classique. Les petites colonnes doubles ont différentes apparences : certaines sont lisses, d'autres à spirales, d'autres torsadées, d'autres encore recouvertes de mosaïques étincelantes. Les chapiteaux sont eux aussi uniques : à feuilles ou bien représentant des personnages ou des animaux, réels ou imaginaires. Ce riche répertoire iconographique fut influencé par les traditions arabe, égyptienne et romaine ainsi que par les bestiaires de l'époque. Le somptueux entablement extérieur, qui se déploie sur plusieurs niveaux, représente l'élément le plus précieux du cloître. Entre le XVIe et le XIXe siècles, différents éléments de monuments démolis à l'intérieur de la basilique du Moyen Âge furent transportés à l'intérieur du cloître, ainsi que des inscriptions et bas-reliefs d'époque romaine mis au jour dans la zone du Latran.

Dirigeons-nous maintenant vers la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs en empruntant le métro.

Construit au cours de la deuxième décennie du XIIIe siècle, le cloître de la basilique Saint-Paul a miraculeusement survécu à l'incendie qui dévasta la basilique en 1823 et est aujourd'hui l'un des témoignages les mieux conservés que la Rome médiévale puisse nous offrir. Les petites colonnes surprennent de par la variété de formes et de couleurs. Certaines, sculptées en marbre couleur crème, sont sinueuses comme des serpents, d'autres sont recouvertes d'or et de tesselles de mosaïque à tel point qu'on ne devine plus la pierre cachée dessous. Ici et là, on se laisse surprendre par de petits monstres placés à des endroits inattendus entre les colonnes. Une longue inscription en bleu ciel sur fond or se profile sur trois côtés pour illustrer cette œuvre merveilleuse. Dans le jardin très bien entretenu, les rosiers regroupés en plates-bandes délimitent les espaces recouverts d'herbe et de buissons de laurier, créant ainsi une note vert foncé au centre.

À l'intérieur du cloître sont conservés des fragments architecturaux provenant de la basilique antique ainsi que des inscriptions et des cippes provenant du cimetière romain chrétien situé à proximité.

Media gallery