Les figues | Turismo Roma
Vivre à Rome, découvrir Rome
Services touristiques et offre culturelle
060608
Your tailor-made trip

Social Block

You are here

Les figues

I fichi

 La tradition culinaire de la Rome antique avait réservé une place particulièrement importante aux fruits et notamment aux figues. Ainsi écrivait Caton (De agri cultura 144 (CLII)) en s’adressant à la ménagère : « Conservez dans votre garde-manger les poires sèches, les cormes, les figues, les raisins secs, les raisins en pots, les pommes et tous les autres fruits qui peuvent se conserver, même les sauvages, vous devez les conserver tous les ans diligemment ».

La grande attention apportée à la conservation et au séchage des fruits en général et des figues en particulier, était étroitement liée au fait que ces dernières étaient disponibles en abondance pour améliorer l’alimentation des classes les plus pauvres mais servaient aussi de condiment grâce à leur haute teneur en sucre. L’empereur Dioclétien (243-313), dans un de ses édits concernant les prix des denrées alimentaires, indiquait une pâte de figues sèches comme le produit le plus économique sur le marché.

Cette pâte s’obtenait en séchant les figues au soleil, sans le pédoncule, puis en les écrasant et en les mélangeant à des herbes aromatiques. Divisées en petites portions, la pâte était enveloppée dans des feuilles de figuier et étaient rangée dans des récipients étanches conservés dans un lieu sec. Dans la Rome antique, la figue avait une grande valeur symbolique, étroitement liée aux origines de la ville. On croyant en effet qu’elle avait nourri les fondateurs de l’empire, Romulus et Rémus.

Leur couffin, après avoir été abandonné sur le Tibre, se serait arrêté justement sous un figuier, dit Ruminalis, figuier sauvage, devant la grotte du Lupercal où la tradition raconte qu’ils furent allaités par la louve. Les figuiers sacrés vénérés dans la cité étaient nombreux. Le plus célèbre était celui qui se dressait dans le Forum qui représentait directement le Ficus ruminalis, étroitement lié à la vie de Rome. Pline nous raconte « Quand le figuier sèche, c’est toujours un présage et les prêtres doivent en planter un autre ». Même si les figuiers étaient légion à Rome et la production locale, y compris celle de l’Étrurie, était abondante, avec le début de l’expansion romaine, les figues commencèrent à être importées des plus lointaines provinces. La figue précoce de Carthage est devenue historique car, comme nous le raconte Pline l’Ancien, elle fut utilisée par Caton pour inciter les sénateurs à prendre la décision de détruire cette ville, ennemie jurée de Rome, suite à son expansion sur la Méditerranée et en donnant ainsi naissance à la troisième guerre punique.

Avec l’évolution des mœurs et des habitudes alimentaires, la figue est devenue un aliment toujours plus pauvre, si bien qu’au fil des siècles suivants naîtra le proverbe italien « non si fanno le nozze con i fichi secchi - On ne prépare pas des noces avec des figues sèches ». Ce proverbe se réfère à un déjeuner avec peu de plats et donc qui n’est pas la hauteur de la situation. Le monde classique nous raconte une histoire fascinante liée à ce fruit que les Romains aiment déguster dans deux recettes d’été, simples et traditionnelles : la pizza jambon cru et figues ou encore le jambon cru et figues. Attention : le jambon doit être salé pour exalter la douceur de la figue qui doit être servie à une température plutôt basse.  

La recette : jambon cru et figues ou pizza jambon cru et figues. Ingrédients pour 4 personnes

  • ·8 figues coupées en 4 morceaux
  • ·2 tranches de jambon cru par personne
  • ·4 morceaux de pizza blanche

Préparation Peler les figues et les découper en 4 morceaux. Les placer sur un grand plat et les couvrir avec des tranches de jambon cru (type Parme). Servir froid. Pour la pizza, il suffit de l’ouvrir en deux comme un sandwich,d’y déposer les figues à l’intérieur après les avoir ouvertes en les écrasant légèrement et les recouvrir de jambon. Refermer la pizza et servir.  

Où acheter les figues Città dell’Altra Economia : Bio Mercato. www.cittadellatraeconomia.org Marchés de la terre Slow Food Latium : www.slowfoodlazio.it  

Media gallery